Accueil

Nicolas BORQUET

Toutes mes réponses sur les forums

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : La prévention après le COVID-19… #3958
    Nicolas BORQUET
    Maître des clés

    Pour commencer, voici une liste de questions que je me pose personnellement :
    1. Quelle sera l’écoute des entreprises sur le sujets « d’avant » (bruit, TMS, risques psychosociaux, etc…) ?
    2. Le choc économique aura-t-il des impacts sur les SSTI ?
    3. Est-ce que la poursuite de nos interventions ne sera pas trop « déconnectée » ?
    4. Sommes-nous prêts pour des interventions Coronavirus-centrées ?
    5. Comment l’action sur le terrain pourra reprendre ? Dans quel délai ? Et dans quelles conditions ?
    6. Les médecins et les IDEST pourraient-t-ils être en grande partie sur du dépistage pour organiser la reprise d’activité ? Quelles conséquences pour nous ?

    Bref, y’a déjà de quoi faire ! Je n’attends pas forcément de réponses, mais des échanges de points de vues. A vous les IPRP !

    Bonne journée confinée !

    en réponse à : Remise du rapport Lecocq #3458
    Nicolas BORQUET
    Maître des clés

    Bonjour,

    Le Rapport de mission Lecocq est enfin publié et nous pouvons tous se pencher sur ses 174 pages.

    Bonne lecture !

    en réponse à : Suivi des interventions IPRP #2713
    Nicolas BORQUET
    Maître des clés

    Bonjour,

    Ce sujet m’intéresse également.

    Ici, à Tarbes, nous avons mis cela en place depuis 2013. Comment procédons-nous ?

    A la suite de chaque restitutions, lorsque l’entreprise semble partante pour mettre en place nos recommandations, nous prévoyons de le recontacter à 6 mois, ou moins si il faut. Ensuite, lorsque l’échéance arrive, c’est notre assistante (du service prévention) qui prend en charge la suite. Elle questionne le médecin, l’infirmière, et l’IPRP pour voir si ils ont déjà une info. Si personne n’a de nouvelles ou si c’est incomplet, elle appelle l’entreprise et la questionne sur la mise en oeuvre des recommandations. Et elle trace tout cela dans notre logiciel métier.

    Cela se passe plutôt bien au téléphone pour l’assistante. Ça lui prend pas mal de temps et nécessite une bonne traçabilité des interventions. Par contre, c’est très agréable pour l’IPRP de savoir si/quand ses recommandations sont mises en place. Il faut parfois y retourner pour compléter l’étude ou rappeler ce qui a été fait lorsque l’interlocuteur a changé par exemple.

    L’objectif est d’abord la satisfaction pour l’IPRP, de savoir si ses recommandations ont été suivies et si elles ont résolues le problème. Cela permet d’adapter ses recommandations et de rester dans le « faisable ». On se confronte aux difficultés des entreprises (manque de temps, d’argent, de motivation, etc…). Et on peut ensuite mettre l’accent là où ça coince. Je trouve que c’est indispensable.

    Par contre, ma grosse difficulté, en tant que responsable, c’est de donner une vision globale de cela. J’arrive à présenter des chiffres (nombre de suivis fait, délais respectés ou non, etc…), mais je n’arrive pas encore à présenter des taux de prise en compte des recommandations, par exemple.

    J’espère avoir répondu à la question et je suis curieux de lire les prochains.

    en réponse à : vibrations et traineau du Père Noël? #1836
    Nicolas BORQUET
    Maître des clés

    !! pas bête, et de plus c’est pas gênant pour l’interprétation! Et quoi de plus naturel que de faire tourner la galette parès Noël? Ce que savent faire mes charmantes collègues!

    en réponse à : vibrations et traineau du Père Noël? #1835
    Nicolas BORQUET
    Maître des clés

    C’est pas comme si la + charmante de tes collègues ne t’avait pas informé il y a quelques mois que la galette Evec a été réalisée à partir de la physionomie de son concepteur qui fait qqs (dizaines?) de kgs de + que toi. Par conséquent, pour les poids plumes (et parfois moyens), le détecteur de présence ne fonctionne pas toujours correctement. Une astuce pour remédier à cela? Aller, c’est bien par ce que c’est toi que je la refais ‘il faut tourner la galette de 90°’. Après bien sûr, il faut penser que le x devient y et inversement. Avec le Père Noël, tu n’aurais pas eu ce souci (bah oui, c’est que lui il ne profite pas que pendant les fêtes ;-))

    en réponse à : conventions d’intervention #1833
    Nicolas BORQUET
    Maître des clés

    Bonjour,

    Dans notre service nous rédigeons systématiquement des conventions d’intervention lors du premier contact avec l’entreprise, lors de la pré visite que nous faisons autant que possible avec le médecin du travail. Le document que nous remplissons avec l’employeur fait partie de notre démarche qualité ISO 9001, et nous y définissons clairement les modalités d’intervention (type d’intervention, postes à étudier, métrologies, dates des observations, date et type de restitution, devis temps…). Le document est ensuite soumis à l’employeur, puis s’il est validé signé par le médecin, l’employeur et l’IPRP. Cela permet de cadrer l’intervention dès le départ, et comme cela a été déja dit de laisser une trace écrite montrant que quelque chose est engagé (par exemple en cas de passage de l’inspection du travail).

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)